Urban Valloire #2 : le récap en 10 points
2000*1045px

Urban Valloire #2 : le récap en 10 points

10 points simples pour résumer cette journée, le tout avec quelques images sélectionnées avec soin.
Texte Thaïs
Photos Thaïs
Texte Thaïs
Photos Thaïs
10 points simples pour résumer cette journée, le tout avec quelques images sélectionnées avec soin.

'Sup ?

Dans cette contrée lointaine et isolée, mais pas moins dénuée de charme qu'est la Maurienne, se tient depuis l'an dernier l'un des derniers contests de jib européen.

C'est plus précisément à Valloire que ça se passe. Présenté sous le nom d'Urban Contest, l'événement sert de cloture aux championnats du monde de sculture sur glace. Les sculptures sont démontées et toute la neige récupérée pour shaper les modules.

Au programme : 50 riders invités et 7000€ de prize money... ça s'est déroulé ce samedi 3 Février, et voici le récap !

Ajoutez des photos (2020px)

#1 : une orga millimétrée 

Si vous avez l'habitude de voir Nico Savoye sur le devant de la scène, sur l'Urban Valloire c'est un des hommes de l'ombre. Aux côtés de Manu Fontanez il contribue à faire de cet événement l'un des meilleurs événements de jib Européen (bah ouais les gars, étant l'un des seuls, il est aussi l'un des meilleurs). Bref, nos deux bons amis gèrent cet événement au poil de A à Z. Du design de ce que sera le spot, au shape du spot lui même, en passant par les négociations avec l'office et la gestion des riders, ils s'occupent de tout.

Ajoutez des photos (2020px)

#2 : un temps inattendu 

Si le temps était supposé être mauvais et assurer aux spectateurs une journée froide et humide, il n'en fut rien. Blue bird day les gars ! Si le froid était au rendez-vous (et tant mieux pour les riders), le soleil était aussi là pour chauffer les spectateurs.

Ajoutez des photos (2020px)

#3 : une gestion du speed, complexe

Une fois n'est pas coutume les riders aiment se plaindre, c'est bien connu ! Et quand les landings ne sont pas trop plats, ou les kickers ne sont pas des "kicks à skieurs", et bien c'est le speed qui fait défaut. S'il faisait déjà défaut l'an dernier, il manquait selon certains un ou deux mètres sur le départ pour être au top.
Mais cela n'aura néanmoins empêché personne (skiers ou snowboarders) de performer et donner le meilleur d'eux mêmes.

Ajoutez des photos (2020px)

#4 : des stands

Arthificiel, baguette, P.A.G étaient partenaires de l'événement et proposaient la vente de leurs produits ou l'exposition.

Un stand de l'association Sois Là Aussi (SLA) était également tenu par la maman de Nicolas Savoye. Le but de ce stand associatif : récolter des fonds pour l'association qui vient en aide aux malades atteints de SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique), aussi connue sous le nom de maladie de Charcot. Sois Là Aussi tente de venir en aide de diverses manières, à leur échelle, (que ce soit sur le plan humain, psychologique ou financier) aux malades, ainsi qu'à la recherche.

Cette maladie, dont souffre le papa de Nico, est une maladie neurodégénérative qui provoque progressivement une paralysie de l'ensemble de la musculature squelettique des membres, du tronc (y compris les muscles respiratoires) et de l'extrémité céphalique.

Baguette a également souhaité venir en aide à l'association, en proposant une board qui fut décorée sur place par l'artiste Franck Savoye. L'argent de la vente de cette planche reviendra en intégralité à l'association.

Si vous souhaitez soutenir l'association, voici leur page facebook : https://www.facebook.com/Sois-L%C3%A0-Aussi-1346586752116925/.

D'autres actions existent également pour aider le combat de cette maladie, comme la marque Espoir SLA, créée par un fils dont le père est atteint de cette maladie. 

Ajoutez des photos (2020px)

#5 : des riders de tous horizons

Si nous avons regretté l'absence de Simon Houlind, blessé quelques jours avant le jour J, en revanche nous avons eu le plaisir de voir les invités se mettre la motivation et venir de toutes parts. C'est le cas de Nico Zanoli et Fred Cuenot venus de Chamrousse et qui ont ridé all day long sans répit. Boom. Les anciens font plaisir.

Ajoutez des photos (2020px)

#6 : un contest exigeant

Avec 1h30 de qualifs au format Jam Session, un best trick en cash for tricks et 2h00 de finales... il fallait en avoir dans les jambes pour tenir tout du long.

Ajoutez des photos (2020px)

#7 : la fashion week, en Maurienne ?!

Entre doudounes Colmar et lunettes ultra vitesse ou bonnet par dessus la casquette en soirée... il y en avait pour tous les goûts.

Ajoutez des photos (2020px)

#8 : un public on fire !

Les Mauriennais ont fait le déplacement en nombre pour assister à l'événement ! Les riders s'élançaient donc au rythme des applaudissements, et Mathéo Cuny aura même eu droit de signer un autographe à une toute petite fan !

Ajoutez des photos (2020px)

#9 : un podium 100% FFS

Et ouais, ils sont chauds mine de rien nos poulains de la FIS... La palme d'or de cette journée revient à Titouan Bartet qui même après une vautre monumentale sur les qualifs et une douleur aux côtes persistante suite à cela, a continué de rider pour le Best Trick et les finales.

Il s'illustre donc sur la première marche du podium, suivi de près par notre poulain Sébastien Konijnenberg et de notre poulinnette Sacha Moretti.

Ajoutez des photos (2020px)

#10 : une soirée... sauvage

La Maurienne... c'est sauvage... mais nos jeunes ont l'air d'en avoir bien profité !

Ajoutez des photos (2020px)

Pas encore de commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire