Pat Burgener : portrait d'un mélomane snowboarder
2000*1045px

Pat Burgener : portrait d'un mélomane snowboarder

Entre son objectif : les J.O 2018, et sa passion pour la musique, Pat ne sait où donner de la tête. Et pourtant, il excelle dans ses deux passions. Pénétrez, le temps de quelques lignes dans l'intimité d'un garçon pas comme les autres.
Texte Thaïs Rivière
Photos mentions sur photos
Texte Thaïs Rivière
Photos mentions sur photos
Entre son objectif : les J.O 2018, et sa passion pour la musique, Pat ne sait où donner de la tête. Et pourtant, il excelle dans ses deux passions. Pénétrez, le temps de quelques lignes dans l'intimité d'un garçon pas comme les autres.

INTERVIEW PAT BURGENER

Salut Pat ! Ça roule ? Nous avons pu constater ton début de saison plutôt triomphant, entre ta première place sur la coupe du monde FIS devant Iouri et ta seconde place sur le Revolution Tour. Deux compets deux podiums c’est pas mal du tout ! C’est quoi la suite ? Comptes-tu te rendre de nouveau au Laax Open ?

Salut! Ca roule ultra bien de mon côté. Je ne pouvais rêver mieux pour débuter la saison et ça me donne énormément de force et de confiance pour la suite. YES ! Je serai de la partie aux Laax Open et je me réjouis !

On se souvient de l’excitation qui t’animait l’an dernier au Laax Open juste avant les runs finaux d’Ayumu Hirano et David Habluetzel. Peux tu nous raconter quel sentiment t’animait à ce moment là, tu t’attendais vraiment à la victoire ? Si oui, n’as-tu pas été trop déçu avec toute cette pression qui a dû redescendre d’un coup ?

Je n’y croyais pas mes yeux. Un top 10 après un retour de blessure était déjà loin de mes espérances alors imagine toi l’effet que m’a fait cette deuxième place ! Passer en finale d’une compétition avec un tel niveau était déjà une victoire en soi.
Ajoutez des photos (2020px)

Tu te rends également aux X-Games à Aspen à la fin du mois, qu’est-ce que ça fait de se rendre aux X pour la première fois de sa vie ?

C’est un honneur de pouvoir faire partie des 12 meilleures riders au monde en half-pipe. Ca fait un moment que je me bats pour revenir à ce niveau.
Ajoutez des photos (2020px)

Comment te sens-tu par rapport à ton éventuelle qualification aux jeux de l’an prochain ? Peux tu nous expliquer en quelques mots ce qu’il faut à un athlète, selon toi, pour se qualifier aux Jeux Olympiques ?

Il faut du courage, de la patience, du travail mais surtout et avant tout du plaisir. C’est grâce au plaisir qu’un athlète qui le veut vraiment peut toucher les étoiles. Je ne vais pas me laisser distraire par la pression. Les JO sont dans une année. J'y penserai quand j’y serai.
Ajoutez des photos (2020px)

Tu as annoncé au printemps prochain la sortie de ton premier album.Comment réussis-tu à allier tes deux passions : snowboard et musique ?

C’est le double de travail mais énormément de plaisir. C’est cette adrénaline qui me booste. Je veux toujours aller plus loin, en découvrir plus sur moi, et la musique est le moyen parfait pour ça. Elle m’aide aussi à sortir la tête du monde du snowboard. Quand je suis sur scène ou que je compose je suis un autre homme. J’oublie Tout. C’est des moments de vide. Le vide est ce que beaucoup de gens appellent la méditation.
Ajoutez des photos (2020px)

Peux-tu nous en dire plus sur ce prochain album ? Quels seront les titres ? De quoi parle-t-il ? A-t-il un message à faire paraître ?

Les musiques que j’écris reflètent mes expériences de vie : Les femmes qui m’intriguent tant. Les hauts et les bas dans la vie. Il y a beaucoup de métaphores. Cet EP représente beaucoup pour moi car c'est un premier pas dans le monde de la musique. C'est comme une première finale dans le monde du snowboard. Ca ouvre la porte vers quelque chose de nouveau…
Ajoutez des photos (2020px)

Nous avons écouté ton nouveau single « take me home », il relate d’une certaine mélancolie. Voyager partout pour le snowboard et être loin de tes proches est-ce difficile pour toi ?

Dans tout voyage il y a des moments durs. On est si bien à la maison. Mais rester au point A sans avancer ne mène pas loin. La vie est courte et je pense qu’elle est divisée en plusieurs parties. Chaque partie a sa place et elle demande d’être vécue à 100%. C’est les voyages qui me nourrissent et m’apprennent à me connaître. D'où la phrase “I’ll keep traveling all around while keeping home in my mind, THERE’S NO TIME TO SETTLE DOWN”.
Ajoutez des photos (2020px)

Ton frère est ton manager. T’accompagne-t-il partout où tu vas ? Peux-tu nous raconter votre histoire, comment est-il devenu ton manager ?

J’admire beaucoup mon frère. C’est ma plus grande source d’inspiration. Il a étudié dur à l’université pendant 4 ans pour décrocher son bachelor en management et maintenant il consacre une grande partie de son temps à s’occuper de mes affaires. Il m’a suivi dès début de ma carrière, d’abord en s’occupant de mes réseaux sociaux et en montant mes edits, et aujourd'hui, s’il n’était pas là, je ne pourrais jamais faire de la musique et du snowboard. Il me donne la liberté de vivre a 100% C’est la même chose avec mon petit frère qui est le guitariste du groupe. Après l’école, il est parti à Londres pour étudier la musique et suivre son rêve. Cette proximité avec mes frères est la plus belle chose que ma mère nous a apprise. Elle nous répète toujours :"Vous 3 unis serez imbattables, et ensemble vous déplacerez des montagnes." Ce qui a du sens aujourd'hui ;-)

♤[Brothers]♤

Une photo publiée par Pat Burgener (@patburgener) le

Et l’amour dans tout ça ?

L’amour est partout :-)
Ajoutez des photos (2020px)

En conclusion

Amoureux de la musique, du snowboard et de la vie, Pat Burgener est une figure emblématique du snowboard Suisse. À la rédaction, nous lui souhaitons le meilleur pour le Laax Open, les X-Games, son album et bien sûr, les Jeux Olympiques.

Quant à vous, mesdemoiselles, son esquive à la dernière question pourrait vous permettre de satisfaire tous vos fantasmes les plus grands... 

2 commentaires

LE mélomane
LE mélomane
Ayé, je l'ai reconnu sur la photo : c'est le gars qui chante "j'aimerais déééjeuuuuner en paiiiiix ", non ?! ;-)

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Nouais..
Nouais..
Un truc que je ne pige pas avec ces "nouveaux" talents
Le snowboard se vends de moins en moins en shops et messieurs Burgener,IPod ou encore Sage Kotsenburg ne rident pas pour une marque de boards .
A la vue leurs succès respectifs ça serait vendeur,mais non on fait tout pour avoir des sponsors sans rapports (Samsung ,Moncler etc..

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire